mardi 23 novembre 2010

Éteins ton cellulaire


(Illustration: Jean Morin)

Au Salon du livre de Montréal, j'ai donné une animation sur mon album Mon papa n’écoute pas.
Animation au titre un brin provocateur: Éteins ton cellulaire.
Un titre approprié, puisque l’album en question porte sur l’envahissement du cellulaire dans nos vies.

Pour faire rire mon public et pour faire une petite démonstration du thème de l'album, je suis montée sur scène avec mon téléphone cellulaire. Je m’étais arrangée pour planter une complice dans l’auditoire (ma fille), qui m’a appelée trois fois durant l’animation. Et qui a fait sonner la sonnerie de son téléphone à deux reprises. Exprès. Pour montrer à quel point le cellulaire peut s’avérer importun.

Après l’animation, ma fille vient me trouver et, toute indignée, me raconte ce qui lui est arrivé durant ma présentation:

« Quand j’ai fais sonner mon téléphone la deuxième fois, une madame s’est tournée vers moi et m’a dit sur un ton agressif: « Il serait temps que tu l’éteignes! »

Et vlan.
Quand la blague est trop flagrante, il arrive qu’on passe à côté.

5 commentaires:

  1. Je ne comprends pas le "il arrive qu'on passe à côté". Au contraire, le message a passé, la madame trouvait justement que le cellulaire n'avait pas sa place. Non? Ta fille ne lui a pas dit que c'était le but de la démonstration?

    RépondreEffacer
  2. Pôvre cocotte! Elle n'était pas trop traumatisée?

    RépondreEffacer
  3. Parfaitement d'accord! Moi, ce qui m'horripile au plus au point, c'est lorsque je passe un client à ma caisse et que, soudain, son cellulaire sonne. À ce moment là, je n'existe plus. Il ou elle, demeure rivé, son univers projeté on ne sait où, me donne distraitement son argent, sans même m'accorder un regard et quitte la place sans me saluer. Pfff!

    RépondreEffacer
  4. LOL! La stratégie était géniale! Si je comprends bien, celle qui est 'passée à côté', c'est la dame qui aurait pu faire carrière comme police. :D

    RépondreEffacer
  5. Claude,
    Ce que je voulais dire, c'est que la dame n'avait pas compris que la sonnerie à répétition, c'était une mise en scène. Et ma fille était trop timide pour lui dire que c'était "arrangé avec le gars des vues."

    Martine,
    Elle n'était pas traumatisée mais surtout outrée de l'injustice de se faire engueuler alors qu'elle rendait service à sa mère. Je vais peut-être avoir de la difficulté à la recruter la prochaine fois...

    Anne,
    Oui, il y a en tellement des situations de ce genre, de l'impolitesse reliée au cellulaire. Il faudrait le dire plus...

    Karuna,
    Tiens, c'est vrai, il y a des personnalités qui ont un côté "police"... Mais il ne faut pas trop lui en vouloir à cette dame, car en fait, elle a eu exactement la réaction qu'il faut avoir quand le cellulaire dérange: demander aux gens de l'éteindre!

    RépondreEffacer