jeudi 21 mars 2019

Une histoire en noir et blanc pour voir la vie en rose


Zac et Paco ne veulent pas jouer avec Fanfan. Le zèbre et le panda trouvent le flamant trop rose. Au début, Fanfan est triste. Mais ce petit flamant futé a plus d’un tour dans son sac…  Réussira-t-il à convaincre Zac et Paco que le noir et le blanc peuvent très bien côtoyer le rose?

Ils ne veulent pas jouer avec moi aborde avec humour les thèmes de l’exclusion et du vivre-ensemble, le tout coquinement illustré par Lucile Danis Drouot. Visuellement, le noir et le blanc tiennent la vedette, jusqu’à ce que le rose explose et qu’une profusion de couleurs donne un deuxième sens au récit.


L’histoire derrière l’histoire

Pourquoi cette histoire de flamant ROSE? Parce que j’aime la rutilance du rose, son petit côté effronté-pas-gêné. J’aime les loukoums ROSES et les roses ROSES. Et les flamants ROSES me fascinent, avec leur long cou, leurs longues pattes et leur démarche dégingandée...

Le ROSE, je tente aussi de l’imprimer dans ma tête… Même s'il y a des jours où tout semble noir et blanc, j’essaie de voir la vie en ROSE.  Tout ça fait qu’un beau matin, je me suis dit tiens, tiens, pourquoi ne pas écrire une histoire avec un flamant rose comme héros? Au fil des réécritures, des ratures et des biffures, cette histoire un tantinet loufoque est devenue Ils ne veulent pas jouer avec moi!!!

Pour les enseignantes, j’ai concocté quelques suggestions d’activités à faire avant et après la lecture, afin de susciter des discussions et stimuler la créativité des jeunes. Pour télécharger ce document, cliquer ici ou ici  

jeudi 28 février 2019

Le 40e Salon du livre de l'Outaouais s'ouvre aujourd'hui!



Une girafe parce que les livres nous font monter dans de belles hauteurs. Un poisson parce que les livres nous font plonger dans d’envoûtantes profondeurs. Cette girafe-poisson trône sur la titillante affiche du Salon du livre de l’Outaouais, qui fête cette année son 40e anniversaire.
Justement, il commence aujourd’hui le SLO.

Beau temps pour bouquiner!
Venez plonger dans un album, un atlas, un bouquin, une bédé, un carnet, un livret, un roman, un recueil, un journal, une plaquette, un polar, alouette.
Venez donc vous faire plaisir!
Venez donc lire!
J’y serai, avec mon tout nouvel album.
Si ça vous chante, venez me serrer la pince. Voici mon horaire :
Samedi 2 mars 2019
·       10h : Animation Ce n’est pas comme ça qu’on joue au hockey (Scène Jacques-Poirier)
·       11h à midi : En signature aux éditions Québec Amérique (stand 207)
·       12h30-14h: En signature aux éditions Dominique et Compagnie (stand 113)
·       15h : première de l’adaptation théâtrale de La plus grosse poutine du monde, à la Nouvelle Scène, à Ottawa.

Dimanche 3 mars 2019
·       10h à 10 h 30 : En signature aux éditions les 400 coups  (Stand 213)
·       10h30 : Entrevue sur l’adaptation théâtrale de La plus grosse poutine du monde, en compagnie du metteur scène avec Pierre Simpson (Scène Jacques-Poirier)
·       11h30 : Lecture de mon nouvel album pour le programme Lire et faire lire (Scène Apostrophe)
·       12h à 13h : En signature aux éditions Québec Amérique (stand 207)
·       13h à 14h: En signature aux éditions Dominique et Compagnie (stand 113)
·       14h à 15h : En signature aux éditions La Bagnole (stand 500)

jeudi 29 novembre 2018

Une enseignante qui a gardé son coeur d'élève...


Les meilleures enseignantes sont celles qui restent toujours des élèves…
Les meilleures enseignantes sont celles qui aiment apprendre…
     Qui continuent d’apprendre…


J’en ai rencontré une récemment, une enseignante avide d’enrichir et de renforcer sa pratique.
Brigitte enseigne en 2e année dans une école de Laval.
L’été dernier, pendant ses vacances, elle a acheté un manuel que j’ai justement écrit pour les enseignantes.
Elle ne l’a pas simplement lu.
Elle l’a lu de bord en bord.
Elle l’a copieusement annoté.
Elle l’a beaucoup surligné.


Toutes ces notes griffonnées dans les marges…
Tous ces petits "post-it" collés dans les pages…
Ça m’a émue.

Une enseignante qui garde son cœur d’élève
Qui préserve son désir d’apprendre
Et le jumelle à sa passion d’enseigner…
C’est émouvant non?

jeudi 8 novembre 2018

Le père Noël a peur des chiens

On a tous des peurs dans la vie. Des petites et des grosses peurs. Des peurs fondées et des peurs illogiques. Le père Noël, lui, ça tombe très mal, a peur des chiens. C'est tout un problème, car la veille de Noël, il doit livrer des milliers de cadeaux et affronter des chiens coquins, taquins et parfois vilains. 

Le père Noël a peur des chiens raconte une histoire rigolote avec aussi, mine de rien, une petite leçon de vie sur comment surmonter ses peurs. Il y a dans ce récit un lutin grognon, une petite fille futée et du langage de chien… (Wouffa, Woufafa veut dire Bonjour! Comment vas-tu?)


On retrouve dans cet album le même père Noël et le même lutin grognon qui étaient en vedette dans Le père Noël ne sait pas dire non.  Pour ceux qui avaient aimé le style badin de Jean Morin, cet illustrateur coquin revient à nouveau ici charmer avec ses couleurs pimpantes et ses scènes amusantes. 

Petit bonus : y’a un chouette dessin à colorier, où les enfants peuvent rajouter leur propre chien dans l’illustration la page couverture du Père Noël a peur des chiens. Pour télécharger le dessin, cliquez ici. 


mercredi 31 octobre 2018

Profiter d’une lecture divertissante sur le hockey pour discuter de courage, de ténacité et de résilience….

Classe de Mme Kathy, école D'Iberville (Rive-Sud de Montréal)

Après avoir lu Ce n’est pas comme ça qu’on joue au hockey, les élèves de la classe de Mme Kathy ont créé leurs propres masques de hockey. Pour continuer la discussion et approfondir le thème du courage, l’enseignante a fait des liens entre le célèbre gardien de but Jacques Plante et les personnages de deux autres albums lus en classe : Dépareillés de Marie-Francine Hébert et Rosa Parks, de Lisbeth Kaiser. 

La fiche pédagogique sur l’album documentaire au sujet de Jacques Plante propose diverses activités: 

  • écriture: imaginer une lettre écrite par le célèbre gardien de but
  • communication orale: présentation 3-2-1
  • discussions en lien avec l’éthique: préjugés et résilience
  • arts plastiques: création d'un masque de hockey
  • l’Histoire avec le grand H : le masque à travers les âges.
Pour télécharger la fiche, cliquer ici.


mercredi 17 octobre 2018

Illustrer la vie de Jacques Plante: tout un défi!



Où l’illustrateur trouve-t-il ses idées? Quels sont ses défis?  L’artiste Félix Girard raconte ici son processus de création et ses défis pour recréer des pans de la vie du gardien de but Jacques Plante, dans notre tout nouvel  album, Ce n’est pas comme ça qu’on joue au hockey

Est-ce que tu connaissais l’histoire de Jacques Plante avant de lire le manuscrit de cet album?
J'aime bien le hockey mais je ne peux pas dire que je suis le plus grand des amateurs. J'apprécie regarder des matchs de finale avec des amis à l'occasion et j'ai vu quelques matchs de la ligue junior majeure dans des arénas locaux. Pour être honnête. ma connaissance de ce sport reste toutefois assez limitée. 

Félix Girard à l'oeuvre...


Quelle technique as-tu utilisée pour cet album?
Toutes les illustrations sont réalisées à la peinture acrylique sur papier aquarelle. Je travaille l'acrylique un peu comme de l'aquarelle en y ajoutant de l'eau et en travaillant en lavis. L'ordinateur n'intervient que dans les phases d'esquisse et pour faire quelques retouches mineures sur les illustrations numérisées. Je réalise un tracé au crayon graphite et je fais la coloration au pinceau. 


Peux-tu nous décrire ton processus de création?
Lorsque je travaille les illustrations d'un livre je commence toujours par monter une mise en page temporaire en plaçant les différentes parties du texte dans un fichier. De cette manière, j'arrive à mieux voir la place que doit prendre l'image et de quelle manière elle sera composée. Je fais ensuite des esquisses très rapides pour tenter de trouver la bonne chose à représenter. J'essaie de faire en sorte que l'illustration supporte l'histoire en y ajoutant quelque chose de plus. 


Quels ont été tes défis pour illustrer cet album?
Un des défis du livre a été de trouver des points de vue et des compositions différentes d'une image à l'autre. Une bonne partie de l'action du livre se déroule sur des patinoires intérieures et il fallait éviter que les illustrations se ressemblent trop entre elles. L'évolution du personnage de Jacques au fil du temps a également été un défi. Il fallait que l'âge approximatif du personnage représente celui de Jacques à différents moments précis de sa vie et qu'on sente qu'il agit bien de la même personne d'un âge à l'autre. 



C'était un défi d’illustrer le chandail du Canadien sans montrer le logo?
Oui c'était une demande de l'éditeur dès le début et ça a demandé un certain travail. J'ai dû changer certaines compositions et plusieurs positions des joueurs pour m'assurer que le logo du Canadien ne soit jamais complètement visible pour des raisons de droits légaux.

As-tu fait de la recherche pour illustrer cette histoire?  Par exemple, pour le visage de Jacques Plante enfant, est-ce que tu t’es inspiré de photos?
Oui j'ai réussi à mettre la main sur une bonne quantité de photos d'archives qui m'ont aidé à dessiner l'équipement de hockey de l'époque et le visage de Jacques Plante. J'ai tâché de créer un personnage qui reprenait les traits principaux de Plante sans être toutefois une caricature. J'ai évidemment porté une attention spéciale au fameux masque. J'ai également fait quelques recherches pour des éléments de l'arrière-plan, par exemple l'église est celle de Notre-Dame-du-Mont-Carmel où est né Jacques Plante.

Comment as-tu procédé pour le choix des couleurs, notamment la teinte sépia?
 
Je voulais donner une teinte historique au livre et c'était évidemment la tonalité parfaite. C'est une palette de couleurs que j'utilise régulièrement dans mon travail et avec laquelle je suis à l'aise.

Quelle est ton illustration préférée dans ce livre?
J'aime particulièrement la première illustration où on voit le jeune Jacques jouer avec une balle et un bâton de bois. C'est peut-être celle où j'arrive le mieux à m'identifier au personnage qui est encore dans l'innocence de l'enfance et du jeu. 



Pour découvrir les autres livres et les tableaux de Félix Girard, allez vous émerveiller sur son site


jeudi 4 octobre 2018

Plus qu'une histoire de hockey - un récit sur le courage et la persévérance...


Je ne connais pas grand-chose au hockey. Si vous me parlez d’Ovechkin, je vous demanderai si c’est un auteur russe… Mais un jour, je suis tombée par hasard sur une photo de hockey datant de 1959. Après avoir lu la description de 3 lignes sous la photo, je me suis exclamée : Oh! Ah! Il faut absolument que j’écrive un livre sur cette histoire! 

Jacques Plante - 1959

Car c’est une histoire aussi irrésistible que vraie. Une histoire avec du sport, du sang, de la méchanceté, mais aussi du courage. Le genre de courage qui permet de faire changer les choses.

Ce n’est pas comme ça qu’on joue au hockey raconte l’histoire d’un gardien de but pas comme les autres, nommé Jacques Plante. Lorsqu’il était célèbre et au sommet de son sport, Plante a osé faire les choses différemment. Un gardien de but avec un masque, c’était du jamais-vu!  Plante est devenu la cible de nombreuses insultes et moqueries.



Malgré l’opposition et les railleries, Plante a persévéré. Il avait de l’audace, oui, mais aussi de la résilience. C’est ainsi qu’il est devenu «la Merveille masquée».

À la fois biographie et documentaire, Ce n’est pas comme ça qu’on joue au hockey est magnifi­quement illustré par le très talentueux Félix Girard.
Pour les amateurs de hockey de 7 à 77 ans.
Et pour les lecteurs qui n’y connaissent rien au hockey mais qui aiment les histoires inspirantes. 


Le livre est maintenant en librairie dans les deux langues. En français chez Québec Amérique. En anglais chez Annick Press