jeudi 30 juillet 2009

Petits popotins à l’air


C’était le projet de voyage de mon aînée. Faire une collection de photos sur les bébés chinois portant des culottes fendues. J’avais suggéré la chose à la blague, mais C. m’a prise au sérieux et s’est passionnée pour cette idée.

Nous avons une paire de culottes fendues à la maison. Celle-là même que portait C. quand on nous l’a mise dans les bras pour la première fois, en cet inoubliable printemps de 1996. J’ai parlé de ces fameux pantalons dans mon roman Ping-Pong contre Tête-de-Navet et quand je fais des animations en école, j’apporte les pantalons en question car ça fait rigoler les élèves. Cet automne, quand je retournerai dans les classes, j’aurai une collection de photos à montrer aux enfants.


Cette fameuse culotte rigolote est fendue du haut des fesses jusqu’au nombril. L’enfant ne porte rien sous ce pantalon : ni couche, ni bobette. Quand il a une envie pressante, il n'a qu'à s'accroupir... Ou s’il est trop petit, le parent le prend dans ses bras et lui fait faire son pipi dans la rue. J’en ai vu, en un mois, des mamans tenir leur bébé (garçon ou fille, peu importe) au bord de la rue, le temps qu'ils se vident la vessie.


Certainement plus environnementales que les couches jetables, les culottes fendues sont cependant discutables sur le plan de l’hygiène publique. Avec 1.3 milliards de Chinois, ça en fait des bébés… et ça en fait des petits pipis dans la rue. Pour le « numéro 2 » comme disent mes filles, j’ignore comment les parents s’y prennent, car je n’ai vu aucun bambin faire caca sur le chemin.


Dès le début du voyage donc, ma fille ne sortait jamais sans son appareil photo. Dès qu’on se baladait, en ville ou en campagne, C. se mettait aux aguets. Appareil en bandoulière, elle dégainait au moindre signe de chair fessue et dodue. Clic! Et clic! Et reclic! Il fallait voir son sourire triomphal quand elle avait réussi à capter un popotin à l’air. C. était tellement radieuse que c’est moi qui aurais voulu à chaque fois prendre une photo d’elle.


Elle a vite développé l’art de prendre des photos en cachette, en faisant semblant de croquer le paysage alors qu’elle visait les fesses. Aussi rapide qu’efficace, elle arrivait à photographier les petits arrière-trains nus, ni vu ni connu. Malgré ses tendances paparazzi, je trouvais qu’elle respectait la dignité des bébés, en ne prenant pas des photos trop révélatrices.


Ils ont un air irrésistiblement coquin, tous ces bambins au popotin à l’air Avec leur derrière au vent, ils me semblent plus libres que nos bébés nord-américains, engoncés dans leurs Pampers ultrasophistiquées, minces, absorbantes, dotées d’une lotion protectrice, d’un voile de ventilation et d’un indicateur d’humidité (sans blague!!!)

Malheureusement (ou heureusement, selon le point de vue), d’après les médias chinois, les couches jetables sont en train de supplanter les culottes fendues, surtout dans les grands centres urbains. Pas étonnant que le marché des couches en Chine connaisse la croissance la plus rapide au monde. La hausse du niveau de vie de la classe moyenne pousse les parents vers les couches. En ville, de plus en plus de couples trouvent les culottes fendues démodées, peu hygiéniques, peu civilisées et associent cette coutume désuète aux fermiers pauvres.

Quand on sait qu’avant de devenir propre, un enfant portera pas moins de 6000 couches, ça en fait des arbres! Et des déchets! Pour préserver l’environnement de la Chine et l’adorable attraction visuelle de ces petits popotins à l'air, je vote pour la culotte fendue.

12 commentaires:

  1. Eh bien! Ce billet m'a beaucoup impressionnée parce que je n'avais jamais entendu parler de ça!

    RépondreSupprimer
  2. Anonyme08 h 48

    Nous, E. et M., sommes très impressionnées par les photos et nous avons bien ri de tes commentaires. À croire que les pipis-cacas sont universellement drôles!

    RépondreSupprimer
  3. Merveilleux. J'ai adopté la culotte fendue... mais, dans le village, on me regarde avec un drôle d'air. C'est culturel, sûrement.

    RépondreSupprimer
  4. Anonyme08 h 59

    Bon retour Andrée !

    J'ai bien aimé lire ton billet; je ne connaissais pas du tout l'existence des culottes fendues.

    Quant à Camille, ce n'est peut-être pas seulement culturel si tu attires les regards ;-)

    Jean

    RépondreSupprimer
  5. J'ai hâte de voir cet hiver.

    RépondreSupprimer
  6. Anonyme10 h 56

    Vive les culottes fendues. C. tu es géniale !
    Anne, Pierre et famille

    RépondreSupprimer
  7. Camille,
    Tu vas faire peur aux enfants du village avec tes culottes fendues. Et si tu persistes à les porter cet hiver, j'enverrai le froid te mordre les fesses.
    Andrée

    RépondreSupprimer
  8. Contente de votre retour. Billet très intéressant d'autant que je ne connaissais évidemment pas. Mais en effet, en hiver? Les Chinois ont-ils un hiver?

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour Claude,
    Il y a un hiver en Chine et il est particulièrement froid dans le nord de la Chine.
    Andrée

    RépondreSupprimer
  10. Bon retour Andrée!
    Dit un gros bravo à C. de ma part. Elle a l'oeil pour la photo!
    Le printemps dernier, en préparant une chronique parentale au sujet des choix de couches disponibles sur le marché pour la radio de Radio-Canada, j'ai découvert la méthode sans couche. De plus en plus de gens en Amérique décident de ne pas utiliser de couche dès les premiers mois de bébé. La méthode suggère que l'enfant donne des indices physique lorsqu'il a besoin d'uriner et il suffit aux parents d'être aux aguêt de ces indices pour le mettre sur le pot à temps. Certain disent que ça fonctionne à merveille, d'autre pas. Est-ce une mode? Est-ce que cette pratique prendra racine? Qui sait, peut-être que les popotins à l'air feront bientôt leur apparition en Amérqiue (-;

    RépondreSupprimer
  11. Drôle de coïncidence - j'ai vu un bébé en culotte fendu au parc aujourd'hui. Vive Toronto! (-;

    RépondreSupprimer
  12. Salut Mireille!
    Hé ben, tu m'apprends quelque chose. Je ne savais pas que les Nord-Américains s'essayaient au "sans couche" et tentaient de copier les Chinois, qui eux, sont de plus en plus nombreux à passer aux couches... Le monde à l'envers quoi.

    Je suis curieuse: ton bébé à culottes fendues à Toronto: était-il d'origine asiatique?
    Andrée

    RépondreSupprimer