dimanche 26 septembre 2010

"Les larmes sont les pétales du coeur..."



Je ne pleure pas devant mes enfants. Un peu par pudeur. Un peu pour ne pas montrer mes faiblesses. Surtout pour ne pas les inquiéter. Puis récemment, une nièce m’a fait un commentaire qui m’a réfléchir. Cette ado de 14 ans, m’a dit :«Je n’ai jamais vu mon père pleurer ». J’ai senti, dans son ton, un mélange de curiosité, de regret et d’inquiétude. Comme si elle se demandait : «Mon père peut-il pleurer? Mon père a-t-il des émotions?»

Il n’en fallait pas plus pour me donner le goût de pondre une histoire là-dessus. J'ai donc commencé à écrire un album sur les larmes. En fait, un album sur le tabou de pleurer en public. Un album autour de cette phrase, encore trop entendue aujourd’hui : « Un homme, ça ne pleure pas. »

Ne pouvant résister à l’appel des sirènes de l’Internet, j’ai sauté à pieds joints dans la recherche et dégoté des anecdotes fascinantes.

- Les humains sont les seuls animaux qui versent des larmes d’émotions.
- À travers l’histoire et dans toutes les cultures, les gens pleurent.
- Nous avons appris plus sur les larmes dans la poésie, les romans et les films que dans les études psychologiques ou médicales.
- Des études très sérieusement scientifiques énumèrent les nombreux bienfaits de pleurer.
-Jackie Kennedy s’est valu un statut d’héroïne mythique aux États-Unis en restant stoïque et en ne pleurant pas à l’enterrement de son mari assassiné.


Et j’ai découvert plusieurs perles sur les larmes.
« Les gens qui savent pleurer ont les plus beaux yeux du monde. » Sylvain Trudel

“Let your tears come. Let them water your soul.” Eileen Mayhew

“Lips that taste of tears, they say.
Are the best for kissing.”
Dorothy Parker

« Les yeux qui n’ont pas pleuré ne voient rien.” Louis Veuillot.

Si l’occasion vous est donnée de vous offrir une « bonne braille », ne résistez pas. C’est bon pour la santé. Suivez l’exhortation du poète Paul Éluard: «Pleure, les larmes sont les pétales du cœur.»

10 commentaires:

  1. Longtemps j'ai vue pleurer comme étant fautif, mal saint, interdit. Maintenant je laisse de la place à ces larmes, on se sent tellement plus léger après coup! :)
    xoxo

    RépondreSupprimer
  2. Thème très intéressant ; bon filon !

    Mais ton billet ne nous dit pas pourquoi on se penche sur le pourquoi un homme ne pleure pas devant ses enfants, mais pas sur le pourquoi une mère ne pleure pas devant ses enfants. Autrement dit, est-ce que tu penses que tes enfants tirent la même conclusion sur toi que ta nièce sur son père ?

    RépondreSupprimer
  3. Une bonne braille, ça libère mais les raisons ne disparaissent pas pour autant...

    RépondreSupprimer
  4. J'aime beaucoup la petite perle de Veuillot.
    Pour moi, un parent doit être fort, mais pas trop, faible, mais pas trop. J'imagine que pour un ado, y'a rien de pire que d'avoir Superman comme papa.

    RépondreSupprimer
  5. À la lecture de ton billet, j'ai eu la même réaction que Venise. Ça te ferait deux albums au lieu d'un!
    Il y a aussi la phrase de Paulo Coelho "là où sont tes larmes, là est ton trésor".
    Je n'ai pas pleuré à la mort de mon père. Est-ce à dire que je n'avais pas de peine? Je me le demande encore. Mais on pleure moins en vieillissant. Peut-être parce qu'on dramatise moins.
    C'est fou: on lit une phrase, on entend une remarque et tout de suite on pense écrire quelque chose là-dessus. Je dirais bien que c'est le propre d'un auteur mais pourtant j'en connais qui me disent souvent, à la suite d'un fait divers: "tu devrais écrire un roman là-dessus" parce qu'eux, leur imaginaire est déjà parti en cavale! Comme le tien sans doute.

    RépondreSupprimer
  6. Ma mère carburait aux larmes. Je les déteste donc avec une ardeur maladive - les miennes et celles des autres. Avec le temps, je m'adoucis un peu. Une chance. Snif... (-;

    RépondreSupprimer
  7. Y'a tellement de sorte de larmes, même des larmes de joies!!! que tu manqueras pas de matériel pour ton album.
    Bonnes ou mauvaises selon le moment et la perspective, elles sont à la fois la source et le reflet de pleins d'émotions.
    Personnellement, je trouve ca tellement compliqué que j'ai le goût de pleurer!

    RépondreSupprimer
  8. Jane,
    Oui, bien sûr, c'est bien la beauté des larmes que de nous alléger.

    Venise,
    Tu soulèves une excellente question pour laquelle je n'ai pas de réponse. Je vais poser la question à mes filles.

    Martine: T'as raison. Il faudrait toujours remonter à la source des larmes, pour s'y attaquer et l'éliminer..

    RépondreSupprimer
  9. Karuna,
    Tiens, je n'y avais jamais pensé mais c'est vrai que ça doit être énervant (et lourd à porter) pour un ado que d'avoir un père trop fort, trop parfait, trop Superman... Il y a là matière à roman...

    Claude: je croyais plutôt le contraire: que plus on vieillaissait, plus on devenait braillard. C'est mon cas et celui de bien des gens qui vieillissent autour de moi...

    Mireille: tu m'étonnes toujours. Je t'imaginais au contraire comme quelqu'un qui a la larme facile, sans être trop dramatique... Comme quoi il ne faut jamais penser connaître les gens...

    Dodo: des larmes de joie! Ah ben ma coquine! Tu viens de mettre le doigt sur le punch de mon album!

    RépondreSupprimer
  10. Katia16 h 43

    il y a des larmes retenues
    si longtemps
    qu'elles font pousser des romans entiers
    dans le coeur
    reste plus qu'à les cueillir
    le moment venu
    ainsi le roman deuil
    devient roman vie

    merci pour ton billet

    RépondreSupprimer