jeudi 14 octobre 2010

Je baboune!


Je râle. Je baboune. Je boude. Parce que je ne peux PAS aller à Montréal rencontrer mon auteure jeunesse préférée, mon modèle, mon héroïne. Non, je ne peux pas aller entendre la causerie de Marie-Aude Murail et j’en trépigne de dépit. Car j'admire l'immense talent de auteure qui a publié des livres inoubliables et j'admire tout autant l'engagement admirable dont elle fait preuve pour promouvoir la lecture chez les jeunes.

Marie-Aude Murail est au Canada pour une tournée éclair. Trois amies, qui connaissent bien mon enthousiasme pour cette grande dame des lettres, m’ont signalé sa visite. Et je ne peux pas y aller!!! Grrrrr…

Pour ceux qui ne la connaissent pas (pôvre de vous!), voici comment son éditeur (Gallimard/École des loisirs) la présente: «Marie-Aude Murail a rédigé plus de 80 titres vendus à des millions d’exemplaires, elle est aujourd’hui une réelle vedette de la littérature jeunesse, tellement qu’on lui a remis la Légion d’honneur pour services rendus à la littérature! »

Si vous n’avez pas lu Oh Boy! ou Simple, courez-y tout de suite. Et je vous envie, car je sais que vous attend un sublime bonheur de lecture. De dire Madame Murail au sujet de ces deux romans destinés à devenir des classiques: « J’essaie de faire aimer des personnages qui sont différents. Dans Oh Boy!, c’était un homo, dans Simple, c’est un idiot.»

Dans son récent roman, un polar intitulé Le tueur à la cravate, Marie-Aude Murail offre un cadeau à ses lecteurs (et aux auteurs aussi!) : son journal de création : « Comment naît un roman (ou pas) ». Ce journal, je l’ai lu avec avidité, en prenant des notes et en m’exclamant « Ah oui! » à chaque deux pages.

En voici un petit extrait, que j’ai choisi parce qu’il illustre bien la générosité et la candeur avec laquelle Marie-Aude Murail se raconte. Et aussi parce que mêmes les Grands Auteurs, dont le talent a été chanté sur toutes les tribunes, dont les livres s’envolent à coup de centaines de milliers, sur qui les prix pleuvent, oui, même les Grands ont des doutes.

« Mes vieux tourments quand j’ai rendu un roman, un de plus, et je sais que ce n’est pas encore ça, pas tout à fait ça, qu’il faut s’y remettre au plus vite. Je ne suis pas loin de me dire à quoi bon écrire, il y a tant de livres, tant d’auteurs. Laisserai-je une trace? Vais-je m’imposer comme le meilleur auteur jeunesse français, vais-je être davantage traduite en anglais, ce qui me permettrait de passer définitivement nos frontières. L’ambition me taraude, puis vient l’abattement, une certaine rage d’être née dans ce pays qui ne me convient pas tout à fait, même si je suis fière de ma culture, de ma langue. Bref, des sentiments comme une mer troublée, et qui ne me permettent pas de créer. Pas maintenant. »

Donc, pour les intéressés et ceux qui pourraient y aller (je suis jalouse!!!) Marie-Aude Murail sera là et là et là :
- Le vendredi 15 de 10h30 à 11h30 à la libraire Clément Morin à Trois-Rivières, rencontre ouverte à tous.
-Le vendredi 15 à 15h30, en direct sur Radio Ville-Marie.
- Le samedi 16 à 10h30 à la bibliothèque du Plateau Mont-Royal. Entrée ouverte à tous.

Si jamais quelqu’un de Trois-Rivières ou Montréal décide d’aller à l'une de ces causeries et a ensuite l'incommensurable générosité de me raconter, je lui serais éternellement reconnaissant.

12 commentaires:

  1. Pauvre toi. Quand bien même je poserais la question, je suppose que tu as tout envisagé pour t'y rendre. Ça doit être gros cet empêchement de ne pas réaliser un voeu aussi cher. Et ça ne t'aidera même pas de savoir que si j'avais été libre, je t'y aurais amenée. Juste pour voir ton sourire de contentement.
    Je te souhaite un petit miracle, il reste encore plusieurs heures avant vendredi et samedi.

    RépondreSupprimer
  2. Julie12 h 17

    Je te ferai un compte-rendu! :)
    Tu veux un livre dédicacé?

    RépondreSupprimer
  3. Hé, Andrée, il est possible d'écouter Radio Ville-Marie en direct sur le Web! C'est pas comme d'aller la voir en personne mais c'est mieux que rien (-;
    http://www.radiovm.com/

    RépondreSupprimer
  4. carole17 h 17

    Moi, je l'ai vue, hier, na na na nère, à une rencontre organisée par Gallimard pour les libraires et bibliothécaires.
    C'est comme si son journal de création prenait vie. Elle est à la fois drôle et touchante, forte et fragile, comme ses romans.
    C'est pas pour te torturer, mais t'aurais adoré!!!

    RépondreSupprimer
  5. Claude,
    Comme c'est gentil de penser à moi comme ça. En fait, je ne peux pas y aller, car ironie du sort, je donne moi-même une animation pour les jeunes à la bibliothèque d'Embrun et comme la date est fixée (et annoncée) depuis des mois, je ne pouvais leur faire faux bond.

    Julie,
    Merci pour ton offre. J'ai déjà beaucoup de ses livres, qui sont tout amochés car je les ai beaucoup prêtés. Mais je prendrai le compte-rendu, ça c'est sûr, et mieux vaut court que long!

    Mireille,
    Merci pour le tuyau. J'aurais dû moi-même avoir le réflexe d'y penser. Tu peux être certaine que je vais être collée à mon ordi (radio) pour l'écouter!

    RépondreSupprimer
  6. Carole,
    Espèce de sadique!
    Mais c'est beau comme tu l'as décrit: "drôle et touchante, forte et fragile"
    C'est comme ça que je me l'imagine...

    RépondreSupprimer
  7. Anonyme22 h 07

    peut-être quelqu'un avec un caméscope pourrait te ramener un peu de concentré d'entrevus...chose que je ne peux ,étant moi-même coincé...aussi APPEL à TOUS et merci à celui qui le fera...
    ...pour que tu arrêtes de faire la baboune et risques ainsi de faire peur aux enfants...
    L'Encre

    RépondreSupprimer
  8. C`est beau de lire votre enthousiasme. Moi, j'ai réussi à attirer une madame inconnue à ma causerie de Charlesbourg. Oui, oui. Toute une.

    RépondreSupprimer
  9. Cher l'Encre,
    Quelle bonne idée! J'espère que quelqu'un aura entendu ta suggestion. Mais même si je ne peux voir Mme Murail en vidéo, je ne babounerai pas trop longtemps... promis.

    Camille,
    Bravo pour ton public unique... Un, c'est mieux que zéro. Comme tu le sais bien, faut cultiver son humilité pour faire ce métier...

    RépondreSupprimer
  10. Le prochain coup, je mets tout en oeuvre pour doubler, voire tripler mon auditoire.

    RépondreSupprimer
  11. Carole15 h 18

    À défaut de pain, tu peux prendre une bouchée de cette galette:
    http://www.ecoledesloisirs.com/php-edl/portailvideo/video.php?AUTEUR=399%3BMurail&rub=AUTEUR&envoi_auteur=afficher

    RépondreSupprimer