mercredi 8 décembre 2010

Sous les couvertures


Avec les responsabilités de faire partie d’un Conseil d’administration viennent aussi le plaisir d’imaginer, de créer, de contribuer, de mettre en œuvre. Dans le cas du Salon du livre de l’Outaouais, j’ai le privilège de voir tout ce qui se trame et se tricote en coulisses de cette grande fête du livre.

Le nouveau slogan du Salon, je le connaissais déjà depuis un moment et j’avais bien hâte qu’il sorte en grand jour. C’est fait. Le tout a été annoncé hier en conférence de presse.

Au risque de passer pour nombriliste, chaque fois que je regarde cette affiche et ce slogan, j’ai l’impression qu’ils ont été pensés juste pour moi. Car j’éprouve toujours un pur PLAISIR (doublé d'un petit PLAISIR décadent) à lire au lit sous les couvertures.

Il y aura d’autres nouveautés au prochain Salon du livre de l’Outaouais, d’autres innovations concoctées par une équipe qui pète le feu. Je ne verserai pas dans le syndrome Wikileaks mais je vous le dis, y’a de quoi trépigner d’anticipation…

4 commentaires:

  1. Bien oui, j'ai vu ça sur Facebook ce matin, via Christian Quesnel. J'ai lu l'article dans Le Droit. Ton nom n'y apparaît même pas, mais tu es sur la photo, alors que la présidente d'honneur était nommée mais n'était pas présente!

    J'adore le slogan: une idée de quelqu'un en particulier ou collective?

    J'y serai bien sûr.

    RépondreSupprimer
  2. Le slogan ainsi que le logo sont magnifiques. Bravo.

    RépondreSupprimer
  3. Oh! Yeah! Là, tu m'intrigues! Surtout que ce sera mon premier Salon de l'autre côté de la table. Est-ce que ce serait exagéré d'aller signer en pyjama? ;)

    RépondreSupprimer
  4. Chère Claude,
    Le slogan est d'une firme de communication, dont malheureusement j'oublie le nom. Mais il sont très créatifs! Au plaisir de te voir au Salon!

    Suzanne,
    Je ne peux pas prendre les bravos, je n'ai rien créé, mais je vais transmettre les encouragements.

    Julie,
    C'est une excellente idée de venir signer en pyjama, comme ça tu sera certaine d'attirer des jeunes. Et c'est ce qu'on veut dans un Salon du livre non?

    RépondreSupprimer