jeudi 16 août 2012

Un gâteau devant ma porte...


Un morceau de gâteau au chocolat déposé devant ma porte fermée.
En le découvrant, je ris.
Surprise. 
Ravie.
Par ce geste attentionné 
D'une personne douée pour l’amitié.

Ce Château où j’écris me comble de cadeaux.
Du temps.
Du silence.
De la solitude.
Le
waterzooï de Freddo.
La stimulante camaraderie d’une dizaine d’écrivains.
La forêt d’Anlier.
Et une voisine douée pour l’amitié.

3 commentaires:

  1. Là, là, tu nous rends de plus en plus jalouses! ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Daniel Sernine16 h 53

    «En le découvrant, je ris».
    En me penchant pour mieux regarder je constate que, à l'évidence, les loirs se sont déjà servis... :O/

    RépondreSupprimer
  3. Andrée-Anne: oui, oui, c'est presque le paradis ici... Le retour sera difficile...

    Daniel: ah schnoutte... maintenant que tu me le fais remarquer, je crois que j'ai avalé un poil de loir..

    RépondreSupprimer