jeudi 17 décembre 2009

On ferait n’importe quoi pour les aider… sauf…


J’ai déjà raconté à que point j’aimais l’art engagé. Pendant que le Canada reçoit le prix de la honte à Copenhague et que les Conservateurs font de vaillants efforts pour saboter ce Sommet crucial, des artistes n’ont pas peur de s’engager.

Un sculpteur danois, Jens Galschiot, a créé cette œuvre qui me hante. Pour la durée du Sommet, sa saisissante statue a été installée dans le port de Copenhague, juste à côté de la célèbre petite sirène.

La sculpture en bronze représente une Dame Justice plutôt adipeuse, qui symbolise les pays industrialisés. Bien assise sur le dos d’un Africain décharné, la ventripotente Justice tient sa balance de façon ostentatoire, comme pour signifier qu’elle incarne l’égalité.

Mesurant trois mètres de haut, la sculpture porte un nom hautement évocateur: «Survival of the Fattest», jeu de mot très clair sur la maxime de Darwin, «survival of the fittest»…

Jens Galschiot a voulu montrer que les pays riches ont les ressources financières pour éviter les impacts négatifs des changements climatiques. Pendant ce temps, la sécheresse, les tornades et la faim ravagent l’Afrique et l’Asie… Au dire de l’artiste, la grosse femme déclare: « Je suis assise sur le dos d’un homme. Il s’enfonce sous mon poids. Je ferais n’importe quoi pour l’aider. Sauf descendre de son dos.”

Pour protester contre la position de notre gouvernement sur les changements climatiques, cliquer ici. Un simple clic de souris, ça n’est pas très astreignant comme engagement. Mais c’est déjà ça de gagné. Et s’il y avait 500 000 clics, peut-être que…

9 commentaires:

  1. J'aime bien l'angle dans lequel vous présentez ce genre de sujet. Suis nulle pour penser alors évidemment pour en parler... mais ma façon à moi, ça été de faire un lien de Facebook à votre billet. Que plus de gens vous lisent.
    Ma co-blogueuse, l'artiste, plus politisée, plus environnementaliste, elle réagira plus que moi à votre billet. Lui lirai.

    RépondreSupprimer
  2. Chère Claude,
    Merci pour le lien sur Facebook. Avaz et Greenpeace vous remercient aussi. Et la planète aussi.
    Andrée
    P.S. Il ne faut pas vous diminuer comme ça. Dire qu'on est nulle, c'est pas bon pour le moral comme chantait l'autre...

    RépondreSupprimer
  3. Vous avez bien raison, j'ai une tendance vers le bas, il aurait quand même que j'ajoute nulle en matière de politique. Tiens, je suis championne en psychologie. POur comprendre les gens. Sauf les politiciens!!!

    RépondreSupprimer
  4. Anonyme08 h 39

    je persiste et signe régulièrement les pétitions d'Avaaz. Suis pas tellement étonnée de l'échec de Copenhague. Que de vies humaines auraient pu être nourries ou sauvées avec l'argent dépensé dans ce foutoir! Quel triste symbolisme que la Dame Justice de Jens Galschiot...

    Dominique B.

    RépondreSupprimer
  5. Un sénateur neocon américain (pas foutu de me rappeler son nom) a déclaré, il y a 2-3 ans (ère Bush) que de s'attarder à réduire l'effet de serre était inutile puisque la Fin des Temps approchait. Oui, oui, un élu a affirmé ça sans rire devant les micros de la Fox qui a semblé approuver.

    Sachant que la bande à Harper est fort bigote...

    Ah, y a les milliard$ de l'industrie de l'automobile aussi. Qui l'eût cru? Dieu se déplace peut-être en Hummer.

    RépondreSupprimer
  6. J'aimerais cliquer plus qu'une fois. S'il y avait des clics qui s'écrient au lieu de s'écrire.

    RépondreSupprimer
  7. Dominique,
    Ravie de savoir que tu es aussi une fan de Avaaz. Plus on sera nombreux à protester, plus y'a de chances (même si je suis réaliste...) que ça bouge.

    Andrée

    RépondreSupprimer
  8. Camille,
    De nombreux Américains ont dû avoir très honte de Bush pendant toutes ses années au pouvoir. À notre tour maintenant de vivre la Honte... et semble pas qu'un changement prometteur s'annonce sur la Colline dans un avenir rapproché... Anne, ma soeur Anne, ne vois-tu pas venir au loin... autre chose qu'un bigot...
    Andrée

    RépondreSupprimer
  9. Venise,
    Vous avez raison. Il faut s'écrier davantage. Protester. Gueuler. Mais bon, ça demande du temps, de l'énergie, du culot... et en cette période de désengagement, il semble que c'est plutôt le confort et l'indifférence qui prime, pour citer ce cher Arcand...
    Andrée

    RépondreSupprimer