jeudi 11 novembre 2010

Sentinelles de la mort


C’est que voyez-vous, la « bouteille » jaune avait l’air d’un jouet et brillait comme de l’or au soleil. Et quand on est un petit Ahmad curieux, champion de l’équipe de foot du village, on ramasse la «bouteille» jaune. Et quand la «bouteille» explose, arrachant le pied et la jambe du garçon, on comprend que le petit Ahmad ne jouera plus jamais au soccer.

Dans une histoire d’une simplicité admirable et d’une grande puissance, Angèle Delaunois raconte les ravages causées par ces «sentinelles de la mort»: les bombes à sous-munitions.
Largué par un avion ou tiré par l’artillerie, la bombe à sous-munitions (cluster bomb) est une sorte de conteneur qui s’ouvre et disperse des sous-munitions (de petites bombes). Le drame, c’est que de 5 à 30% des sous-munitions n’explosent pas à l’impact.
Imaginez la suite.
Imaginez les milliers de petits Ahmad jetés dans la ronde infernale de l’amputation/réhabilitation.

Par un mélange saisissant de photos, de dessins, d’aquarelles et de collages, l’illustratrice de La petite bouteille jaune, Christine Delezenne, réussit à suggérer l’horreur sans toutefois être trop explicite.

Angèle Delaunois étant une écrivaine formidablement engagée, une partie des droits d’auteur sera versée à Handicap International, qui lutte pour la suppression des bombes à sous-munitions, travaille au déminage dans les pays touchés et apporte du soutien aux milliers de civils touchés.

Je parlerai samedi matin de cet album publié aux éditions de l'Isatis, à l’émission les Divines Tentations de Radio-Canada.

Y’a pas que le Jour du Souvenir pour se rappeler que la guerre, c’est une sale affaire. On peut protester contre les « sentinelles de la mort », en cliquant/signant ici.

5 commentaires:

  1. Katia Canciani23 h 06

    Ici aussi.

    RépondreSupprimer
  2. Anonyme01 h 37

    je suis déjà abasourdi qu'un "homme" est inventé cette chose ...qu'un "autre" est permis de s'en servir... que je ne comprends pas que tous les autres ne se lèvent pas pour l'interdire...
    Que chacun d'entre nous interpèle quelqu'un ...et que cela se poursuive de proche en proche à la puissance 64 comme "le grains de riz sur l'échiquier"..........
    L'Encre

    RépondreSupprimer
  3. Andrée-Anne, Camille, Katia,
    Merci. C'est bon de savoir qu'on a des amis qui partagent nos indignations.

    Cher l'Encre,
    Merci pour ton élan. En plus, tu enrichis ma culture. Je suis allée surfer pour comprendre l'histoire du grain de riz sur l'échiquier. Comme je suis nulle en maths, pas certaine d'avoir compris le calcul, mais je saisis le sens,... je crois...

    RépondreSupprimer