dimanche 8 mars 2009

Trop occupés pour lire?



Je suis en train de lire le récent bouquin de Dominique Demers, intitulé Au bonheur de lire. Comment donner le goût de lire à son enfant de 0 à 8 ans. C’est un livre pratico-pratique, bourré d'informations utiles et de suggestions pertinentes, animé d’un enthousiasme ardent, la marque de commerce de l'infatiguable Dominique Demers. Bref, un bouquin incontournable pour parents, bibliothécaires, enseignants et directeurs d’école.

L'auteure y raconte une anecdote révélatrice au sujet d’un directeur d’école. Après avoir donné une conférence sur la lecture, Dominique Demers est approchée par un directeur qui lui dit que c’est une excellente idée de lire devant les enfants, mais que lui n’avait tout simplement pas le temps. Ce à quoi elle lui a répondu : « Si vous n’arrivez pas à trouver du temps pour lire, pourquoi les enfants en trouveraient-ils eux? »

Au cours des dernières années, j’ai dû faire plus d’une centaine d’animations d’auteure dans les écoles. Rares sont les visites dans les écoles où j’ai eu un contact avec le directeur. C’est pourtant lui qui signe mon contrat et par la suite mon chèque. Pourtant, les directeurs d’écoles ne viennent pratiquement jamais me saluer, ni à mon arrivée, ni au départ. Ce n’est pas que je veux qu’on déroule le tapis rouge pour ma visite. Mais, comme je sors souvent exaltée moi-même par l'enthousiasme des élèves, j'aurais très envie de raconter à la direction comment les jeunes étaient préparés, attentifs, qu'ils avaient des tonnes de questions, que certains m'ont dit qu'ils voulaient courir lire, que d'autres m'ont dit qu'ils allaient écrire une histoire... Je voudrais raconter au directeur que c'est possible de faire pétiller les yeux des enfants en parlant de livres et qu'il faut absolument continuer à entretenir cette piqûre de la lecture.

Je m'inquiète... Si un directeur n'a pas quelques minutes pour venir s'enquérir des résultats des ateliers donnés par l'auteur, combien de temps choisit-il de consacrer à la promotion de la lecture dans son école?

Certains jours, je me trouve timorée, peureuse. Je devrais tout simplement aller frapper à la porte du directeur et lui raconter ces moments magiques d'une rencontre entre lecteurs et auteur. Mais je n'ose pas. Après tout, les directeurs d'école sont si occupés...

2 commentaires:

  1. moi aussi, je me suis toujours étonnée du fait que les directeurs/trices viennent rarement nous saluer. Nous sommes ni plus ni moins des suppléantes... Mais avant même d'être un indicateur de leur manque d'intérêt pour la promotion de la lecture, c'est un indicateur de leur manque de savoir-vivre... Pas parce qu'on est des vedettes, mais parce qu'on a été invitées, et quand on invite quelqu'un, on le reçoit à la porte, non? Avec le temps, je m'y suis habituée, mais je me dis à chaque fois que la meilleure façon d'éduquer des enfants est de prêcher par l'exemple...

    RépondreSupprimer
  2. Anonyme13 h 12

    Andrée-Anne,
    Touché! En plein coeur de la cible!
    Andrée

    RépondreSupprimer