lundi 11 mai 2009

Une formule gagnante à imiter




Nathalie est une passionnée de lecture. Les livres, elle les dévore! À chaque mois, cette enseignante de l'école Monseigneur Milot, à Victoriaville, lit des tonnes de romans jeunesse. Cette passion fait d'ailleurs d'elle l'un des piliers de Défi aux livres, un fabuleux programme en place dans les écoles de la Commission scolaire des Bois-Francs.

Défi aux livres a été créé il y a plus d’une décennie par Denis Fortier, un directeur d’école qui était un visionnaire en plus d'être un homme d'action. Entouré d’un bon programmeur et d’un groupe d’enseignants convaincus, il a conçu cette initiative alliant la lecture et l'informatique.

L’idée est simple mais astucieuse: l’élève lit un livre et peut ensuite aller à l'ordinateur faire un petit jeu. Assis devant l'écran, il répond à un questionnaire à choix multiples. Défi aux livres plait aux jeunes pour son aspect ludique. Pour cette génération qui grandit à l'ère des jeux vidéo, compléter le questionnaire à l'ordi est en effet bien plus attirant que de le faire sur une feuille de papier.

Le programme compte plusieurs centaines de livres, répertoriés selon les niveaux d'âge, de la 1ère à la 6e année. À l'école Monseigneur Milot, la majorité des classes ont un programme de motivation relié aux nombres d'ouvrages lus par l'élève pour le programme Défi aux livres.

Nathalie fixe des objectifs ambitieux pour ses élèves de sixième année: lecture de dix romans en quatre mois, le tout suivi d'une activité récompense, choisie par les enfants eux-mêmes. «C’est une formule gagnante. Si on n’avait pas ce programme, les élèves ne liraient pas autant», affirme l'enseignante.

En plus de stimuler la lecture, le programme permet aux profs de suivre l'apprentissage de leurs étudiants. Grâce au pointage obtenu par l'élève une fois le questionnaire complété, l'enseignant peut se faire une bonne idée de la compréhension par l'élève du livre lu.

La banque de questionnaires du programme Défi aux livres est alimentée bénévolement par des enseignants. Vous avez bien lu, bénévolement. Il en existent donc (et plus qu'on pense...) des profs qui ont de l'idéal et de la passion pour leur vocation. À elle seule, Nathalie a rédigé plus d'une centaine de questionnaires! Lorsque je la félicite pour son énergie et son engagement, elle répond modestement: «J'aime lire».

La Commission scolaire des Bois-Francs a investi beaucoup de temps, d'énergie et de créativité à monter ce programme au cours de la dernière décennie. Voilà le genre d'initiative que le MELS devrait diffuser largement, dans toutes les commissions scolaires de la province.

C'est la mode ces jours-ci de se gargariser de nobles concepts comme le partage des connaissances, les communautés d'apprentissage, les meilleures pratiques... mais combien de milieux de travail mettent en oeuvre ces beaux principes?

Je me prends à rêver que la Commission scolaire des Bois-Francs puisse faire le tour du Québec et dire: Tiens, voici notre Défi aux livres, ça marche, nos jeunes ont envie de lire. Prenez le programme et offrez-le à vos élèves... Et Défis aux livres ferait des bébés au quatre coins de la province et ça ferait plus de lecteurs et moins de décrocheurs.

Hein? Vous dites que je rêve en couleurs? Qu'il y a sans doute tout un tas de considérations financières, administratives, logistiques, légales, syndicales qui rendraient difficile la multiplication de cette initiative? Sans doute. Mais on peut toujours rêver et le dire tout haut, ce rêve, et le répéter et y revenir et le disséminer... c'est comme ça que le changement arrive non?

3 commentaires:

  1. Superbe idée, en effet, Andrée. Avec ta permission, je diffuserais dans mon propre blogue l'adresse de ton entrée pour référence.

    RépondreSupprimer
  2. Bravo! Tu ne rêves pas en couleurs... Il me semble que ce serait plutôt simple de diffuser ce Défi aux livres. Un peu de bonne volonté...

    RépondreSupprimer
  3. Camille!
    Bien sûr!
    Soyons prosélytes!

    Andrée-Anne,
    La bonne volonté? T'en vois beaucoup autour de toi?
    Andrée

    RépondreSupprimer